Watchmen intégrale

845286956

(Critique comics)

Watchmen est une œuvre immense et indispensable, non seulement pour ses qualités intrinsèques, mais également pour son impact sur l’histoire des comics. D’une certaine façon c’est en 1986 que tout commence. Certes, les comics existaient déjà auparavant mais c’est avec Watchmen (également the Dark Knight de Frank Miller, paru la même année) qu’Alan Moore réussit le tour de force de les faire entrer dans l’âge adulte.

L’histoire se déroule dans une uchronie qui repose en grande partie sur les épaules d’un seul homme, ou plutôt un surhomme : le docteur Manhattan. Engendré par un accident survenu lors d’une expérience atomique, il repousse au maximum de ses limites le concept même de super héros pour frôler le divin, tant ses pouvoirs sont immenses (il manipule la matière à sa guise, est quasiment omniscient, voit l’avenir…). C’est grâce à lui que les américains ont gagné au Vietnam, ce qui permet à Nixon d’être réélu sans discontinuer jusqu’en 1985. Pour autant, la société américaine est en crise, l’insécurité gangrène les rues et les relations avec l’URSS sont explosives, au point que chacun s’attend à un holocauste nucléaire imminent.

Le salut ne semble plus reposer que sur un groupe de justiciers vieillissants, en l’occurrence les Watchmen, composé de Rorschach, le Hiboux, Ozymandias, Spectre Soyeux et le Comédien, qui ont la particularité de ne pas avoir de super pouvoir (d’où le terme justicier). Pouvait-il en être autrement avec la présence d’un docteur Manhattan qui pourrait vaincre Superman sans lever le petit doigt ? L’intrigue débute par l’assassinat du Comédien et l’enquête de Rorschach. Il y a , en effet, dans Watchmen des aspects propre au polar, un côté sombre, dur, réaliste (et qui donne toute sa vraisemblance à cet univers parallèle). Il est à noter que c’est une “technique” souvent employée par les auteurs qui cherchent à produire des comics au ton adulte (Rising Star, Identity Crisis, The Twelve…)

L’effet est renforcé par un dessin très classique de Dave Gibbons (un peu à la Steve Ditko) qui tranche avec le propos. En effet, l’ambition d’Alan Moore va plus loin que de proposer un comic pour adulte. “Qui garde les gardiens” est la phrase qui revient, comme un leitmotiv, tout au long du récit et qui résume parfaitement les interrogations politiques, voir métaphysiques de l’auteur. Ses justiciers sans pouvoir s’avèrent angoissés et moralement ambigus. C’est donc bien une réflexion sur le concept même de super héros qu’Alan Moore entreprend, ce qui lui permet, en filigrane, de critiquer les détenteurs de pouvoir, quels qu’ils soient, et l’autorité qui en découle (faut pas déconner, c’est quand même un ancien hippie).
En résumé, sous un aspect graphique très classique, Watchmen s’avère être un comic extrêmement ambitieux dans son propos et qui restera dans l’histoire de la bande dessinée comme une œuvre majeure.

2 réponses

  1. Qu'en est-il de la colorisation originale, assez imbuvable voire rédhibitoire pour certains ? Des rééditions y remédieraient-elles ? Un avis sur l'adaptation cinématographique ?
  2. Qu'en est-il de la colorisation initiale, datée voire rédhibitoire pour certains... Existe-t-il une réédition palliant cette quadrichromie vieillotte ? Sinon, un avis sur l'adaptation cinématographique ?

Ajouter un commentaire